Un morse arctique s'endort sur un iceberg au Groenland et se réveille en Irlande

13 avril, 2021
Voir un morse en Irlande est un événement rare, mais ce n'est pas la première fois que cela se produit. Les morses sont des animaux qui vivent en troupeaux et dans des endroits où l'on peut souvent voir de la glace autour d'eux.

Les morses de l’Atlantique (Odobenus rosmarus) vivent au large des côtes du Groenland et dans le nord-est du Canada. Par conséquent, un morse arctique en Irlande est assez rare. Certains experts expliquent que l’animal a voyagé pour chercher de la nourriture et d’autres disent qu’il s’est endormi sur une masse de glace.

Le changement climatique – ou réchauffement de la planète – a entraîné des changements et a apporté de nombreuses surprises. Parmi elles, cette créature arrivée en Irlande le 14 mars 2021, découverte par une fillette de 5 ans et son père en se promenant sur l’île de Valentia à l’ouest de l’Irlande.

Le morse apparu en Irlande

Comme le rapporte le journal Irish Examiner, le biologiste marin Kevin Flannery pense que la créature arctique s’est s’endormie sur un iceberg au Groenland. Elle aurait ensuite été transportée à travers l’océan Atlantique jusqu’en Irlande.

Tom Arnbom – le conseiller principal du WWF sur l’Arctique et sa vie marine – pense que cela est peu probable.  Ce dernier a expliqué à la BBC que les jeunes animaux – comme ce morse – s’aventurent dans de longs voyages pour trouver de nouveaux endroits pour élever leur espèce et trouver de la nourriture.

Ce professionnel a également ajouté que le morse était perdu, car normalement ces animaux sont toujours en troupeaux. Pourtant, il n’avait pas l’air malade et était donc susceptible de trouver le chemin du retour.

Un morse regarde une caméra.

Le morse et ses caractéristiques

Les morses sont de gros mammifères marins qui pèsent entre 400 et 1 700 kg. Le spécimen arrivé en Irlande cette année mesure plus de 2 mètres de long et serait assez jeune, car ses défenses sont petites et n’ont pas fini de pousser, selon la MarineBio Conservation Society.

Les défenses des morses sont présentes chez les mâles et les femelles et peuvent atteindre jusqu’à 1 mètre de long. Leur taille moyenne est de 50 centimètres et elles sont généralement plus grandes chez les mâles que chez les femelles. Grâce à elles, ils peuvent se battre, se nourrir, couper la glace et pousser leur corps hors de l’eau.

Elles leur permettent aussi de s’accrocher à la glace pour plus de stabilité pendant le sommeil. Selon Samantha Nugent – Instructrice de Art in Action -, les morses passent plus de la moitié de leur vie à se reposer dans les eaux côtières peu profondes ou sur la terre et la glace.

D’autres visiteurs

Plusieurs enregistrements ont été faits de morses quittant leur habitat polaire au cours des années précédentes. L’Irish Examiner raconte qu’en 1930 une histoire similaire s’est produite ; la différence est que le morse avait une de ses défenses cassée et était mort depuis plusieurs jours lorsqu’il a été découvert.

De même, en 1987, un morse a été signalée à Shannon et en 1999 à Co Mayo. Selon la BBC, en 2018, un morse adulte a été repéré au large des côtes nord et ouest de l’Écosse. Avec le spécimen vu cette année, l’IWDG (Irish Whale and Whale Group) pense qu’il s’agit de la troisième observation d’un morse depuis 1999.

Les morses sont en danger

Le morse de l’Atlantique est en danger d’extinction. Au cours des années 1700 et 1800, leur population a été réduite de manière significative en raison de la chasse. Aujourd’hui, ces mammifères font face à la menace de la perte de leur habitat, en particulier en raison de l’action du changement climatique.

La glace de l’Arctique dont les morses dépendent pour leur survie est en train de disparaître. La pollution, le réchauffement climatique et l’activité industrielle menacent constamment leur habitat. Il y a environ 20 000 morses dans l’Atlantique Nord. À l’échelle mondiale, ils font face à la menace croissante du changement climatique et des voies de navigation.

Tous ces problèmes ont tué des milliers de mammifères dans l’océan Pacifique, près de l’Alaska et du nord-est de la Russie. Dans l’Atlantique, les morses semblent mieux en mesure de survivre à un climat changeant, car les aires d’alimentation sont plus proches de la côte et ils se reposent en plus petits groupes.

Un morse émergeant à la surface.

Kevin Flannery a déclaré à EFEverde que ce fait est quelque chose d’inquiétant, car cela peut être une conséquence du réchauffement climatique et de la surexploitation des mers. Espérons que ce morse perdu retrouve le chemin du retour, car l’espèce a besoin de tous les spécimens possibles pour survivre.

EFEverde. Una morsa ártica en la costa irlandesa: otro aviso sobre la crisis climática [Internet]. 15 de marzo de 2021 [consultado el 6 de abril de 2021]. Disponible en: https://www.efeverde.com/noticias/morsa-artica-costa-irlandesa/

BBC. Arctic walrus off Ireland’s coast proves a rare sighting [Internet]. 15 de marzo de 2021 [consultado el 6 de abril de 2021]. Disponible en: https://www.bbc.com/news/world-europe-56404484

MarineBio. Walruses [Internet]. [consultado el 6 de abril de 2021]. Disponible en: https://marinebio.org/species/walruses/odobenus-rosmarus/

Neville S, Kelleher L. Valentia Island visitor not the first ‘walrus washed ashore’ [Internet]. Irish Examiner; 15 de marzo de 2021 [consultado el 6 de abril de 2021]. Disponible en: https://www.irishexaminer.com/news/munster/arid-40244516.html

Nugent S. Yo soy la morsa [Internet]. New York: AV2 by Weigl; 2018 [consultado el 6 de abril de 2021]. Disponible en: https://books.google.es/books?hl=en&lr=&id=Cbq2DwAAQBAJ&oi=fnd&pg=PA22&dq=morsa+calentamiento+global&ots=D9UplXkAv-&sig=V8dA2p5BCUA-e5i_5FuTmdSezBs#v=onepage&q=morsa%20calentamiento%20global&f=false