Grenouille arlequin : habitat, caractéristiques et conservation

La grenouille arlequin se distingue par sa coloration fantastique, qui indique la présence de toxines vénéneuses sur sa peau. Apprenez-en plus ici sur elle.
Grenouille arlequin : habitat, caractéristiques et conservation

Dernière mise à jour : 19 juillet, 2021

Petite, précieuse et de plus en plus rare, la grenouille arlequin est un genre d’anoures des milieux naturels du sud et de l’Amérique centrale. Bien que les espèces de grenouilles arlequins soient d’une importance culturelle significative, bon nombre d’entre elles sont en train de disparaître de la planète.

Nous parlerons ici d’un type spécifique, la grenouille arlequin variable (Atelopus varius). La plupart des populations de cet animal ont disparu, mais il y a encore de l’espoir pour cette espèce. Si vous souhaitez en savoir plus sur l’habitat, les principales caractéristiques et les problèmes de conservation de cette espèce, poursuivez donc votre lecture.

L’habitat de la grenouille arlequin

A l’origine, l’aire de répartition connue d’Atelopus varius correspondait aux chaînes de montagnes qui traversent le Costa Rica et le Panama, en Amérique centrale. Ces amphibiens sont apparus à la fois sur les versants Atlantique et Pacifique de ces montagnes, mais il est aujourd’hui impossible de les trouver sur la plus grande partie de leur territoire d’origine.

En 2008, la grenouille arlequin avait disparu de la quasi-totalité de son aire de répartition costaricienne, à l’ exception de deux sites uniques. Après cela, certains spécimens ont été vus dans 9 petits points. Les populations panaméennes ont également disparu d’une grande partie de leur ancienne aire de répartition. Aujourd’hui, on trouve ces grenouilles que dans 6 endroits près du centre du pays.

Ces anoures sont principalement terrestres. Ils habitent les forêts tropicales humides, à la fois dans les plaines et les montagnes. On peut donc les voir de 16 à 2000 mètres d’altitude. Dans ces écosystèmes, les grenouilles sont associées à des cours d’eau rocheux et rapides.

Les grenouilles arlequins sont lentes et diurnes. Pendant la journée, on les trouve sur les berges des ruisseaux ou sur les rochers. La nuit, elles se réfugient dans des crevasses ou sous la végétation.

Caractéristiques physiques

Les grenouilles arlequins sont très petites. Les mâles sont plus petits que les femelles : ils mesurent entre 2,5 à 4 centimètres. Les femelles, quant à elles, mesurent entre 3 et 6 centimètres de long.

Les proportions et la coloration de la grenouille arlequin lui confèrent son look emblématique. Ces amphibiens sont minces et osseux, avec un corps relativement rectangulaire. Leurs 4 pattes sont très fines et longues, et leur tête est petite et pointue, et comprend deux grands yeux ronds et exorbités.

Comme le laisse deviner le nom de l’animal, la coloration est très variable. Elle se compose de deux parties principales : une couleur frappante qui peut aller de l’orange au jaune ou au vert et une série de marques marron foncé ou noires.

Ces marques sont également très différentes d’un spécimen à un autre. Dans certains cas, elles consistent en une série de points qui occupent une infime partie de la surface du corps. Dans d’autres, les marques forment une série de taches de couleur solides qui occupent la majeure partie du corps.

Bien entendu, de nombreux spécimens se trouvent entre ces deux cas. Par ailleurs, la gorge et le ventre peuvent être d’un rouge vif, et l’aine est généralement verte ou bleu-vert.

Les couleurs éclatantes de cette espèce ne sont pas le fruit du hasard. A. varus contient des composés toxiques sur sa peau tels que le bufadienolide et la tétrodotoxine. Ces substances servent de défense contre les prédateurs, tandis que la coloration est un signe d’avertissement clair de toxicité pour les attaquants potentiels. C’est un exemple clair d’aposématisme.

Le statut de conservation de la grenouille arlequin

La situation de cette espèce, comme c’est le cas pour d’autres membres du genre Atelopus et de nombreuses autres espèces d’amphibiens, est clairement mauvaise. Entre les années 1980 et 1990, sa population totale a diminué de 80 %. Depuis ce point jusqu’à présent, on estime que la population restante pourrait avoir perdu 80 % de ses membres.

Chytridiomycose

Derrière la disparition massive de cette espèce – assez abondante autrefois – se cache le champignon chytride Batrachochytrium dendrobatidis. Ce micro-organisme fongique provoque une maladie de la peau chez les amphibiens appelée chytridiomycose.

Distribué dans le monde entier par les humains, le chytride est devenu un tueur mortel. Ce parasite est responsable de l’élimination d’innombrables amphibiens et de l’extinction d’espèces entières. Une véritable pandémie qui continue de s’étendre aujourd’hui. On estime que, jusqu’à présent, le chytride a été un déclencheur direct de la disparition de 200 espèces d’amphibiens.

Le champignon attaque, colonise, se développe et se nourrit de la peau humide des amphibiens. Pour d’autres animaux, ce ne serait pas un problème si grave, mais la peau des grenouilles et des crapauds remplit des fonctions vitales. Grâce à ce tissu externe, ils sont capables de respirer, d’absorber l’eau et de maintenir l’équilibre osmotique.

Par conséquent, la plupart des grenouilles, crapauds, salamandres ou tritons touchés par cette maladie finissent par mourir rapidement. De plus, le champignon est hautement contagieux, contribuant à la gravité de la pandémie, raison pour laquelle il est décrit comme le pire agent pathogène de l’histoire.

Autres menaces

Outre la chytridiomycose, d’autres menaces ont contribué au déclin de la grenouille arlequin. L’une d’elles est la destruction de leurs habitats forestiers par les industries agricoles, électriques et minières. L’introduction d’espèces envahissantes a également eu un effet négatif, ainsi que la capture de spécimens pour le commerce illégal d’animaux de compagnie exotiques.

Sur la base de toutes ces preuves, l’Union internationale pour la conservation de la nature a classé A. varius dans la catégorie « en danger critique d’extinction », le niveau de menace le plus grave.

Une grenouille arlequin visqueuse.

Une lumière au bout du tunnel

La situation de cette espèce reste extrêmement délicate, mais une étude récente laisse entrevoir quelques espoirs sur son avenir. Voyles et ses collègues indiquent que certaines des populations détruites par le champignon ont développé une résistance à la maladie et commencent lentement à se rétablir.

Cependant, des efforts de conservation durables sont aujourd’hui indispensables pour sauver cette espèce de l’extinction. Nous avons causé cette situation et il nous appartient d’y remédier.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pourquoi les grenouilles chantent-elles ?
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Pourquoi les grenouilles chantent-elles ?

Les grenouilles et les crapauds chantent à travers un appareil vocal extrêmement développé. Le but de ces vocalisations est la reproduction.