12 curiosités sur les fourmis

Les fourmis sont aussi fascinantes que nombreuses dans les écosystèmes. Saviez-vous qu'elles représentent 25 % de la biomasse animale terrestre ?
12 curiosités sur les fourmis

Dernière mise à jour : 28 juillet, 2021

Les fourmis sont des insectes invertébrés qui, avec les abeilles et les guêpes, font partie de l’ordre des hyménoptères. Elles sont réputées pour leur capacité à créer des colonies et leur « esprit commun », mais pourriez-vous citer 12 curiosités sur les fourmis ?

Les faits intéressants sur ces insectes vont bien au-delà de la fourmilière. En raison de leur succès en tant que groupe, ils ont habité presque tous les écosystèmes du monde à travers l’histoire, ce qui a permis un rayonnement évolutif passionnant. Si vous voulez en savoir plus sur les fourmis qui peuplent les différentes parties du globe, poursuivez donc votre lecture.

1. Il existe plus de 10 000 espèces de fourmis dans le monde

Toutes les fourmis appartiennent à la famille des Formicidae, qui appartient à la fois à l’ordre des Hyménoptères et à la classe des insectes. Environ 13 800 espèces de fourmis ont été classées dans le monde, bien qu’on estime qu’il en existe plus de 22 000. Elles se distinguent des autres insectes par leurs antennes géniculées, leur petite taille et leur abdomen bien visible.

2. Elles ont colonisé presque le monde entier

Les fourmis sont présentes sur tous les continents du monde, à l’exception de l’Antarctique. Elles sont cosmopolites et s’adaptent à pratiquement n’importe quel environnement, mais elles ont une limite : la température.

En effet, ce sont des animaux ectothermes : elles dépendent du climat pour moduler leur température corporelle. Elles ne peuvent donc tout simplement pas coloniser les endroits gelés.

Les animaux ectothermes montrent une relation directe entre la température et leur métabolisme.

3. Les fourmis ont un plan corporel commun

Bien qu’elles ont leur propre famille, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un groupe d’ insectes. Toutes les fourmis sont des invertébrés hexapodes (elles ont 6 pattes) et leur corps est divisé en 3 tagmas ou segments : tête, mésosome et métasome. Elles ont des antennes céphaliques segmentées et leur abdomen est appelé gaster.

Comme les autres insectes, les fourmis ont un exosquelette, un revêtement dur qui les protège de l’environnement et qui fournit un point d’ancrage pour leurs muscles. Elles n’ont pas de poumons ou d’autres éléments d’un système respiratoire complexe, elles obtiennent donc de l’oxygène de l’environnement à travers des structures réparties dans tout leur corps, appelées stigmates.

Une fourmi folle sur une mousse.

4. Ce sont des insectes eusociaux

Le terme eusocialité définit le degré maximum d’interaction dans le règne animal. Les fourmis et les abeilles sont l’exemple le plus clair de l’interaction à des niveaux insoupçonnés, puisque la ruche et la fourmilière fonctionnent comme une seule unité, bien qu’elles soient constituées de centaines ou de milliers de spécimens.

Une colonie eusociale se distingue par les points suivants :

  1. Il existe un chevauchement évident entre les générations dans la structure sociale.
  2. Il y a une division reproductive. Tous les spécimens de la colonie ne peuvent pas laisser de progéniture et, par conséquent, ils sont dans une certaine mesure “obligés” d’aider la reine fertile.
  3. La garde parentale est partagée. Les ouvrières de la colonie n’ont pas de progéniture, mais elles prennent soin de leurs sœurs comme s’il s’agissait de leurs propres filles.

5. La fourmilière est divisée en castes

La fourmilière est le système unitaire de ces hyménoptères, mais il faut noter qu’en son sein, les spécimens diffèrent selon la caste. La reine est le « cerveau » et le « cœur » du noyau eusocial : elle est la fondatrice de la colonie et la seule capable de pondre. Si la reine meurt, toute la fourmilière s’effondre et les ouvrières périssent également.

Les ouvrières sont les “mains” de l’organisme unitaire, puisqu’elles sont chargées de chercher de la nourriture, de s’occuper des petits, de nourrir la reine et d’agrandir les fourmilières. Le nombre moyen d’ouvrières au sein d’une colonie est de 100 000 à 500 000.

6. Il existe des différences génétiques entre les races

La reine est un organisme diploïde (2n) : elle a un ensemble complet de chromosomes dans ses cellules. Elle est le résultat d’une fécondation, la moitié de son information génétique provient donc de sa mère et l’autre de son père. Les ouvrières sont également diploïdes, car elles proviennent d’œufs fécondés produits par une reine.

L’une des curiosités les plus surprenantes à propos des fourmis est que les mâles ont la moitié de l’information génétique par rapport à la reine et aux ouvrières. Ce sont des organismes haploïdes (n) et n’ont qu’un seul jeu de chromosomes, leur survie au-delà de quelques jours est donc impossible. Les mâles ne sont conçus que comme des sacs de sperme volants.

Les mâles éclosent à partir d’œufs infertiles. Ils possèdent la moitié de l’information génétique du reste des membres de la fourmilière.

7. L’espérance de vie dépend de chaque espèce

L’espérance de vie moyenne d’une reine des fourmis est de 7 ans. Il existe des espèces (comme Lasius niger) chez lesquelles la reine peut vivre jusqu’à 30 ans. Par comparaison, les ouvrières ne vivent que de quelques mois à un an, et les mâles dépassent vivent rarement plus de 7 jours.

8. Certaines espèces de fourmis n’ont pas de reine

Bien que cela semble étrange, certaines espèces n’ont pas de reine en tant que telle. L’espèce Diacamma rugosum est l’exemple le plus clair de cette adaptation, car toutes les ouvrières sont fertiles à la naissance et peuvent potentiellement se reproduire avec un mâle.

Dans les colonies de Diacamma, une ouvrière établit sa domination et devient l’unique reproductrice. Pour ce faire, elle doit mutiler certaines « papilles » présentes chez le reste des ouvrières à la naissance, les rendant ainsi infertiles. L’ouvrière dominante ou gamergate prend le rôle de reine dans ces fourmilières.

Une fourmi sur une feuille.

9. Certaines fourmis ont plus d’une reine

D’un autre côté, il peut aussi arriver qu’une fourmilière compte plus d’une reine par fourmilière. Ce phénomène est connu sous le nom de polygynie. Certaines espèces sont polygynes facultatives (parfois elles ont plus d’une reine et d’autres non), alors que dans d’autres cas cette adaptation est obligatoire pour le maintien de la colonie sur le long terme.

10. Il y a des fourmis chasseuses

Certaines fourmis sont d’excellentes chasseuses et ne survivent que grâce à la prédation des insectes. L’exemple parfait est l’espèce du genre Odontomachus, connue sous le nom de trap-jaw ants en anglais. Ces invertébrés ont des mâchoires très fortes et un aiguillon contenant des toxines.

11. La piqûre de certaines fourmis peut être mortelle

Bien que cela puisse surprendre, certaines fourmis ont des dards contenant des toxines très dangereuses, parfois mortelles pour les humains. Le genre Myrmecia, endémique d’Australie, a causé au moins 6 décès par morsure au cours des 30 dernières années, selon des études.

Ce groupe d’invertébrés est l’un des plus agressifs. La raison ? La survie des larves dépend de la chasse et de l’apport en protéines.

12. Une excellente source de biomasse

Les fourmis prospèrent dans la plupart des écosystèmes et les colonies ont un nombre astronomique d’ouvrières. Il n’est donc pas surprenant d’apprendre qu’elles représentent jusqu’à 25 % de la biomasse animale présente sur l’ensemble de la Terre. Si toutes les espèces de la famille des Formicidae disparaissaient, un effondrement global de l’écosystème se produirait.

Deux fourmis.
Les fourmis du genre Myrmecia ont une piqûre qui peut être très dangereuse.

En somme, ces invertébrés sont essentiels dans tous les écosystèmes dans lesquels ils prolifèrent. Les curiosités sur les fourmis sont pratiquement infinies, car leur rayonnement évolutif a donné lieu à certaines des adaptations les plus incroyables du monde des insectes.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le comportement des fourmis
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Le comportement des fourmis

Le comportement des fourmis repose sur une eusocialité marquée, qui donne naissance à un superorganisme ferreux et indivisible.



  • Robinson, S. D., Mueller, A., Clayton, D., Starobova, H., Hamilton, B. R., Payne, R. J., … & Undheim, E. A. (2018). A comprehensive portrait of the venom of the giant red bull ant, Myrmecia gulosa, reveals a hyperdiverse hymenopteran toxin gene family. Science advances, 4(9), eaau4640.
  • Win, A. T., Machida, Y., Miyamoto, Y., Dobata, S., & Tsuji, K. (2018). Seasonal and temporal variations in colony-level foraging activity of a queenless ant, Diacamma sp., in Japan. Journal of ethology, 36(3), 277-282.
  • Uematsu, J., Hayashi, M., Shimoji, H., Salazar, M. O. L., & Tsuji, K. (2019). Context-dependent aggression toward non-nestmates in the ant Diacamma sp. from Japan. Journal of Ethology, 37(3), 259-264.
  • Andersen, A. N. (2019). Responses of ant communities to disturbance: Five principles for understanding the disturbance dynamics of a globally dominant faunal group. Journal of Animal Ecology, 88(3), 350-362.
  • Ohyama, L., King, J. R., & Jenkins, D. G. (2020). Are tiny subterranean ants top predators affecting aboveground ant communities?. Ecology, 101(8), e03084.