Cacatoès rosalbin : habitat et caractéristiques

Le cacatoès rosalbin a une couleur très frappante. Et comme tous les oiseaux, il possède des caractéristiques physiques et comportementales surprenantes qui méritent d'être connues.
Cacatoès rosalbin : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 15 juin, 2021

Saviez-vous qu’il existe un cacatoès de couleur rose ? La nature nous étonne constamment avec sa palette de couleurs. Le cacatoès rosalbin est rose et gris. Ce cacatoès est le plus commun d’Australie et l’une des rares espèces indigènes à avoir prospéré après la conquête européenne.

“Galah” est le nom aborigène de ces oiseaux, venant de Yuwaalaraay, la langue parlée par les indigènes dans ce qui est maintenant l’État de la Nouvelle-Galles du Sud. Au fil du temps, ce nom a été adapté à l’anglais australien.

Fait intéressant, en anglais le mot qui désigne cet oiseau est également utilisé comme un terme d’argot qui signifie “clown” ou “fou”, en raison des pirouettes et du comportement amusant de ces oiseaux. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus sur ce cacatoès unique.

Où vit le cacatoès rosalbin ?

Il existe plusieurs sous-espèces de cet oiseau (Eolophus roseicapilla), également connu sous le nom de Galah. Cependant, ils sont tous très similaires et habitent partout en Australie, même dans les parcs urbains.

La plupart des cacatoès rosalbins passent leurs journées à s’abriter dans des arbres ou des buissons, mais le soir venu, ils se rassemblent en grands groupes bruyants. Les experts disent qu’il est courant de les voir recouvrir presque entièrement un arbre. Il est également fréquent de les observer en train de se nourrir de graines dans les prairies.

Par ailleurs, il existe un enregistrement qui indique que ces oiseaux se trouvent dans un pays voisin de l’Australie : la Nouvelle-Zélande. Mais on estime que la population dans cette zone est d’environ 100 spécimens, elle est donc très localisée.

Dans certaines arrière-cours

Beaucoup de ces cacatoès peuvent également être trouvés dans les arrière-cours des maisons australiennes – et dans d’autres pays – comme animaux de compagnie. À ses couleurs attrayantes et à sa personnalité amusante, s’ajoute le fait que cet oiseau est un excellent imitateur de voix et de sons. Pour ces raisons, il est très populaire comme animal de compagnie.

En liberté, ces oiseaux vivent environ 25 ans, mais en captivité ils peuvent vivre jusqu’à 80 ans. Comme le reste des perroquets et cacatoès, c’est un oiseau qui vit très longtemps.

Un cacatoès rosalbin dans une arrière-cour.

Ses caractéristiques physiques

Cet oiseau étonnant mesure environ 36 centimètres et pèse entre 270 et 350 grammes. C’est un petit cacatoès dont le cou, la poitrine et le dessous des ailes est d’un rose vif. Il a une crête céphalique à plumes roses. Son dos, sa queue et ses ailes supérieures sont d’un gris pâle.

Les mâles et les femelles se ressemblent beaucoup dans leur plumage. Pour les différencier, il suffit de regarder leurs yeux : les mâles ont les yeux marron foncé ou noirs, tandis que les femelles ont les yeux roses ou rouges.

Comment se comporte le cacatoès rosalbin ?

Ce sont des oiseaux grégaires. Ces cacatoès vivent en grands groupes de jusqu’à 1000 oiseaux, composés de couples et de petits groupes sociaux, qui se rassemblent pour se nourrir et se reposer. Au crépuscule, ils font des cascades avant de s’endormir : ils volent rapidement à travers les arbres, plongent vers le sol et crient fort.

Chez cette espèce, un mâle et une femelle s’accouplent pour la vie. Pour cette raison, les cacatoès rosalbins passent la plupart de leur temps en duo, à manger, à nettoyer et à jouer ensemble. Ce sont des animaux très sociables et affectueux.

Les couples retournent au même site de nidification chaque année et le défendent contre d’autres cacatoès rosalbins ou des animaux d’espèces différentes. Une fois à l’endroit de leur choix, ils préparent le nid pour les œufs, le recouvrant de feuilles d’eucalyptus. Pour communiquer aux autres cacatoès que cette maison est occupée, ils mâchent la majeure partie d’une branche près du nid.

Alimentation et reproduction

Pendant la parade nuptiale, le mâle lève sa crête de plumes, bouge sa tête d’un côté à l’autre et se pavane le long d’une branche vers la femelle, en émettant des sons doux. Une fois la copulation effectuée, ils font le nid dans le creux d’un arbre, typiquement formé de termites. Les mâles et les femelles couvent les œufs et nourrissent les petits.

La femelle pond de 4 à 6 œufs, mais malheureusement seulement la moitié survit en moyenne. Lorsque les jeunes cacatoès sont prêts à quitter leur nid, les parents continuent de s’occuper d’eux pendant environ 6 à 8 semaines, mais ensuite ils deviennent indépendants.

Comme ils se nourrissent de graines, d’herbes et d’herbes, il est fréquent de les voir au sol, ce qui les rend vulnérables à certains prédateurs, comme les renards. L’avantage est qu’ils se nourrissent en grands troupeaux, où il y a toujours plusieurs gardes qui préviennent lorsque le danger approche. Les cacatoès ne sont pas bruyants pour le plaisir, mais pour assurer leur survie.

La sous-espèce du cacatoès rosalbin

Des études indiquent qu’il existe encore des divergences par rapport au statut du genre Galah et qu’elles peuvent être trouvées sous les critères taxonomiques Eolophus et Cacatua. Cependant, il existe 3 sous-espèces d’Eolophus roseicapilla, toutes très similaires les unes aux autres. Ce sont les suivantes :

  • Eolophus roseicapilla roseicapillus : C’est la sous-espèce la plus commune en aviculture et à l’état sauvage dans une grande partie de l’Australie. C’est un oiseau oriental que l’on trouve à l’est, au nord-est, au sud et au centre de l’Australie et de la Tasmanie, où il a été introduit. Il se distingue par une crête plus blanche que celle de ses proches et un anneau rose autour d’un œil marron ou noir.
  • Eolophus roseicapilla assimilis ou E. r. albiceps : Trouvé dans une grande partie de l’Australie occidentale, il se distingue par une couleur de corps plus pâle et une crête rose plus grande. L’anneau autour de son œil est presque blanc et sa tête est plus grosse que celle de ses proches.
  • Eolophus roseicapilla kuhli : Cette sous-espèce se trouve dans la partie nord de l’ouest de l’Australie. Il est plus petit et de couleur plus claire que les deux autres sous-espèces. Sa tête est plus petite, il a une crête rose et l’anneau autour de ses yeux est de couleur rougeâtre.

Les maladies

Les cacatoès sont des oiseaux robustes et résistants. Cependant, il existe plusieurs maladies infectieuses et non infectieuses auxquelles les Galahs et autres cacatoès en général sont sensibles. Parmi elles, figurent les suivantes :

  • Maladies virales : La grippe aviaire est extrêmement courante dans ce groupe.
  • Polyomavirus : Cette maladie est causée par un virus à ADN double brin qui constitue une menace majeure pour les oiseaux en cage.
  • Fièvre du perroquet : Elle est connue sous le nom de psittacose dans le domaine vétérinaire. Elle peut être transmise à l’homme, c’est donc une maladie zoonotique qu’il faut prendre en compte au niveau sanitaire.
  • Infections bactériennes.
  • Candidose : divers types de champignons peuvent provoquer des infections à levures, en particulier Candida albicans. Elle est également connue sous le nom de maladie du jabot acide, car l’un des premiers signes cliniques est un jabot blessé avec une pellicule blanchâtre.

Menaces et état de conservation

Son état de conservation actuel n’est pas préoccupant et sa population est en augmentation. On estime qu’il y a environ 5 millions de cacatoès roses dans le monde.

Ce sont des oiseaux bénéfiques dans leurs écosystèmes d’origine, car ils empêchent la propagation de certaines mauvaises herbes. Mais dans une grande partie de l’Australie, ils sont considérés comme des ravageurs, en raison de leur potentiel de destruction.

Les cultures céréalières subissent chaque année de lourdes pertes et les arbres où ces oiseaux vivent sont fréquemment détruits. Les causes de décès les plus fréquentes chez ces oiseaux sont les accidents contre une voiture, les attaques de chats et les coups de feu des agriculteurs, comme l’indiquent les études.

Une paire de cacatoès rosalbins.

Les cacatoès rosalbins se sont adaptés avec succès aux zones suburbaines, en raison de l’abondance d’eau et de graines disponibles dans les parcs, les fermes et les arrière-cours de toute l’Australie. Cependant, l’urbanisation et l’exploitation forestière nuisent à cette espÈce, car la perte de grands arbres rend difficile la recherche de sites de nidification permanents.

Cela pourrait vous intéresser ...
Cacatoès de Leadbeater : habitat et caractéristiques
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Cacatoès de Leadbeater : habitat et caractéristiques

Le cacatoès de Leadbeater est un oiseau appartenant à l'ordre des psittaciformes. Il s'agit donc d'un parent des perroquets.