10 curiosités sur le combattant

Le combattant est l'un des animaux aquatiques les plus étonnants au monde, en raison de sa grande variété de formes et de couleurs. Apprenez-en plus ici sur ce poisson.
10 curiosités sur le combattant

Dernière mise à jour : 25 juillet, 2021

Le combattant (Betta splendens) est un poisson d’eau douce originaire d’Asie du Sud-Est qui est devenu populaire comme animal de compagnie au cours des dernières décennies, en raison de ses belles couleurs et de son tempérament saisissant. Si vous voulez connaître 10 curiosités sur le combattant, poursuivez donc votre lecture.

Le terme « combattant » fait référence à 73 espèces du genre Betta – famille des Osphronemidae et ordre des Perciformes – dans son sens le plus large, mais seuls les Betta splendens sont couramment détenus en captivité presque partout dans le monde.

1. Les combattants vivent naturellement dans les rizières

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les combattants sont si robustes et recommandés aux aquariophiles débutants ? Sa force n’a pas été acquise dans la sphère domestique, cette espèce a évolué au cours des siècles pour habiter des sources d’eau stagnante, avec beaucoup de boue et une végétation abondante.

En raison de leurs besoins physiologiques, les combattants ont toujours habité les rizières d’Asie du Sud-Est, notamment la péninsule Malaise, la Thaïlande, le Cambodge et certaines parties du Vietnam. Sa relation étroite avec les champs semi-aquatiques a permis sa découverte et sa domestication ultérieure.

2. Dans la nature, les couleurs du combattant sont beaucoup plus ternes

Si vous entrez dans une poissonnerie, vous verrez qu’il y a des combattants de toutes les couleurs : bleu, rouge, blanc, orange, mosaïque et bien d’autres nuances. Toutes ces variétés sont le résultat d’un élevage sélectif au fil des ans, mais les spécimens sauvages ont des couleurs beaucoup plus ternes.

Ces poissons de 6 à 8 cm de long ont une coloration de base verte, brune et grise dans leur milieu naturel. De plus, leurs nageoires sont beaucoup plus courtes que celles des spécimens domestiqués. Les couleurs les plus vives ont été sélectionnées et isolées au fil des ans, après examination de différentes variétés.

Des combattants.

3. Les rois de la génétique

Comme l’indique le portail Betta Source, il existe environ 26 000 combinaisons génétiques qui façonnent les couleurs des combattants en captivité. Ces poissons ont 4 couches de couleur comme base – irisé, noir, rouge et jaune – ce qui donne beaucoup de possibilités lors des croisements sélectifs et de l’isolement des caractères.

À ce jour, quelque 37 variétés de Betta splendens sont reconnues, toutes avec des caractéristiques et des colorations uniques. Nous vous en présentons quelques-uns :

  • VeilTail (VT): C’est le type le plus commun et le plus répandu dans les aquariums. Il se caractérise par des nageoires très allongées et une queue large et tombante en forme de voile.
  • CrownTail (CT) : il se distingue des autres par ses nageoires qui ont très peu de tissu entre les arêtes. Cela lui donne un aspect très “pointu” et distinctif.
  • Dragon : ce poisson a des écailles très épaisses et un corps aplati, et une coloration métallique sur un fond rouge.
  • Marbre : Cette variante présente une coloration en mosaïque, avec des taches de différentes couleurs sur un fond clair. Il est l’un des plus acclamés parmi les aquariophiles experts.

4. Le combattant est le plus vieux poisson domestiqué

Avec le poisson rouge (Carassius auratus), le combattant est sans doute l’un des poissons qui a voyagé le plus longtemps avec les humains. Comme l’indique le New York Times, on estime que ces animaux ont été domestiqués il y a au moins 1 000 ans, mais ce n’est qu’au XIXe siècle qu’ils sont devenus populaires en dehors de l’Asie.

5. Une agressivité inhabituelle

Les combattants font partie des poissons les plus agressifs. Ceux qui s’y connaissent savent que réunir deux mâles de cette espèce est voué au désastre : il leur faudra peu de temps pour se battre jusqu’à la mort. D’ailleurs, ils ont tout d’abord été élevés pour leur agressivité, pour des combats similaires à ceux des combats de coqs.

Non seulement les mâles sont agressifs les uns envers les autres, mais ils ont aussi tendance à harceler constamment les femelles. De leur côté, les femelles doivent être conservées dans de très grands aquariums et en groupes d’au moins 3 spécimens, car s’il n’y a qu’un seul couple, l’un adoptera le rôle dominant et maltraitera l’autre.

En général, il est préférable de garder ce poisson loin de tout être vivant, qu’il s’agisse de sa propre espèce ou d’une autre.

6. Les mâles construisent des nids en mousse

La parade nuptiale de cette espèce est fascinante. L’une des curiosités les plus frappantes du combattant est que les mâles créent des nids en mousse à l’aide de leur appareil buccale, dans le but d’impressionner les femelles et de favoriser la reproduction.

Les œufs fécondés sont placés dans ces nids. À noter que les mâles les fabriquent même si aucune femelle n’est présente dans l’aquarium.

7. Ces poissons ont un organe très spécial

Une autre des curiosités du combattant est qu’il s’agit d’un animal capable de vivre dans des eaux très peu oxygénées, contrairement à la plupart des espèces de poissons. Cela lui est possible grâce à l’organe appelé labyrinthe, un accessoire respiratoire suprabranchial exclusif à quelques actinoptérygiens.

Cet organe permet au poisson d’intégrer de petites quantités d’oxygène directement de l’environnement dans son système vasculaire, sans qu’il ait à passer par les branchies. Dans tous les cas, il convient de noter que ces animaux continuent à pratiquer la respiration branchiale et meurent hors de l’eau – tout comme le reste des poissons.

8. Ce sont des animaux résistants, mais pas invincibles

Malheureusement, beaucoup de gens pensent que ces poissons peuvent vivre dans des verres d’eau ou des aquariums de moins d’un litre en raison de leur résistance. Un combattant survit dans ces conditions pendant un certain temps, mais cela ne veut pas dire qu’il va bien.

En quelques mois, il finira par développer des infections fongiques à cause d’une eau de mauvaise qualité. Ainsi que de la pourriture au niveau des nageoires.

Idéalement, un combattant adulte a besoin d’un aquarium de 15 à 20 litres pour être à l’aise. Le réservoir doit également contenir un système de filtrage approprié et un réchauffeur, car l’eau doit rester constamment à environ 24ºC.

9. Le combattant est l’animal aquatique national de Thaïlande

Au-delà de sa renommée dans le monde aquariophile, ce poisson est très apprécié des habitants de sa région d’origine. C’est l’un des animaux nationaux de Thaïlande, dont il détient le titre depuis 2018.

Cette espèce a été choisie pour figurer sur la bannière de la faune aquatique locale. Et ce, en raison de son histoire avec les humains et de sa profonde signification culturelle.

10. Malgré sa popularité, le combattant est en danger

Bien que cela puisse paraître étrange, le combattant fait partie de la catégorie « Vulnérable » de la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Certaines de ses menaces les plus évidentes sont les suivantes :

  1. Anthropisation de l’environnement et destruction des écosystèmes.
  2. Redirection et assèchement des sources d’eau.
  3. Introduction de matériel génétique dans les populations sauvages en relâchant des spécimens élevés en captivité.
  4. Pollution des eaux.
Un combattant.

Nous venons de vous citer 10 de ses caractéristiques les plus frappantes, mais il reste encore beaucoup à découvrir sur cette espèce fascinante. Préserver ses écosystèmes est la première étape pour continuer à la connaître et à profiter de sa compagnie, à la fois dans les foyers du monde et dans son environnement naturel.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment les amphibiens respirent-ils ?
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Comment les amphibiens respirent-ils ?

Savez-vous comment respirent les amphibiens ? La réponse se trouve au-delà des poumons, en particulier dans la peau de ces vertébrés.



  • Basic colour genetics of betta, Bettasource. Recogido a 14 de julio en https://bettasource.com/more-betta/genetics/basic-colour-genetics-of-betta/
  • The 1,000-Year Secret That Made Betta Fish Beautiful, The New York Times. Recogido a 14 de julio en  https://www.nytimes.com/2021/05/14/science/betta-fish-breeds.html
  • Betta splendens, IUCN. Recogido a 14 de julio en https://www.iucnredlist.org/species/180889/7653828
  • Zhang, W., Wang, H., Brandt, D. Y. C., Hu, B., Sheng, J., Wang, M., … & Hong, Y. (2021). The genetic architecture of phenotypic diversity in the betta fish (Betta splendens). bioRxiv.
  • Ahmad, S. F., Laopichienpong, N., Singchat, W., Suntronpong, A., Pongsanarm, T., Panthum, T., … & Srikulnath, K. (2020). Next-generation sequencing yields complete mitochondrial genome assembly of peaceful betta fish, Betta imbellis (Teleostei: Osphronemidae). Mitochondrial DNA Part B, 5(4), 3856-3858.
  • Tamba, S. P. (2021). IMPLEMENTATION OF THE RANK ORDER CENTROID (ROC) METHOD TO DETERMINE THE FAVORITE BETTA FISH. INFOKUM, 9(2, June), 381-386.