Poisson-ange nain flamme : habitat, caractéristiques et soins

Les principaux exportateurs de poissons-anges nains flammes sont les îles Marshall et l'île Christmas, qui font partie de la Polynésie française.
Poisson-ange nain flamme : habitat, caractéristiques et soins

Dernière mise à jour : 09 juillet, 2021

Le poisson-ange nain flamme est une espèce frappante en raison de ses couleurs rouge vif . C’est un poisson d’ornement important. En effet, il a une grande popularité parmi les amateurs d’aquariums marins. Malheureusement, tout le monde ne peut pas garder ces animaux en bonne santé dans l’environnement domestique.

Le poisson-ange nain flamme appartient à la famille des Pomacanthidae, qui comprend plusieurs espèces de forme similaire, mais de coloration différente. Nous parlerons ici de Centropyge loriculus. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir sur ce poisson énigmatique.

L’habitat du poisson-ange nain flamme

Ce petit poisson a une préférence pour les habitats peu profonds, entre 5 et 60 mètres de profondeur. Il est possible de trouver ce poisson dans les régions du Pacifique central et occidental, de l’est de l’Indonésie aux îles Marquises. Pour cette raison, il est assez fréquent dans les îles de la Polynésie française, qui sont des régions tropicales.

Un poisson-ange nain flamme.

Caractéristiques physiques

Ce poisson a un corps aplati, avec une nageoire dorsale en forme de crête et une nageoire anale plus petite, qui se termine là où commence sa queue. Ses nageoires pectorales sont assez petites et translucides, et sont accompagnées de nageoires caudales qui ressemblent à des « poils » ou à une sorte de barbe.

Il peut mesurer jusqu’à 15 centimètres de long, mais en aquarium, il mesure généralement entre 8 et 10 centimètres, en fonction de la disponibilité de nourriture et la taille de l’habitat. Sa bouche contient plusieurs dents tricuspides, qui servent à mieux broyer la nourriture.

Ce poisson se distingue par sa coloration rouge-orange vif, qui comprend 4 ou 5 lignes noires de chaque côté de son corps. Ses nageoires dorsale et anale présentent une alternance de tons noirs et violets. En revanche, sa nageoire caudale (queue) est translucide, avec des tons moins vifs et orangés.

Une nouvelle espèce ?

Dans les îles Marquises, ce poisson a une coloration différente : il n’a pas de lignes noires et le ton rouge est plus prédominant. Les amateurs d’aquarium considèrent ce spécimen comme la “forme hawaïenne”, en raison de sa différence avec le spécimen typique.

Malheureusement, la raison pour laquelle le poisson présente cette différence de couleur n’est pas encore connue. Cependant, une hypothèse a été proposée.

Selon l’Institut de biologie marine d’Hawaï, cette différence de coloration indique qu’une nouvelle espèce est en train de se former. Cela signifie qu’à l’avenir, il pourrait y avoir un nouveau type de poisson-ange nain flamme.

Malheureusement, il est probable que nous n’assistions pas à une telle différenciation évolutive. Ce type de processus prend du temps et la spéciation n’a pas complètement lieu tant que les populations sélectionnées ne sont pas capables de se reproduire les unes avec les autres.

Le comportement du poisson-ange nain flamme

Le genre Centropyge se caractérise par leur caractère solitaire. Ces poissons n’interagissent entre eux que pendant la saison de la parade nuptiale. L’espèce qui nous intéresse ici passe le plus clair de son temps à chercher de la nourriture et à se nourrir, sans trop s’éloigner de son récif.

Bien qu’une grande partie de sa biologie soit inconnue, on soupçonne que sa coloration a une fonction communicative. De plus, on pense que la variation de tonalité dans le temps pourrait jouer un rôle important lors de sa reproduction. Cependant, les recherches ne sont pas encore concluantse.

Régime alimentaire

On pourrait dire que ce poisson a une alimentation assez variée, composée d’algues et de divers invertébrés. En fait, il est connu pour attaquer les éponges et les coraux, et dévorer des parties de leur corps. C’est l’une des raisons pour lesquelles les spécimens ont souvent des conflits lorsqu’ils sont dans les aquariums.

En effet, pour leur reproduction, ces organismes ont besoin de consommer de grandes quantités d’acides gras. La composition du jaune d’œuf est meilleure lorsque l’alimentation de la mère augmente sa consommation de graisses. En d’autres termes, la survie de la progéniture dépendra de l’alimentation maternelle.

Reproduction

Le rituel d’accouplement de cet animal s’effectue par territoires, dans lesquels chaque mâle possède un harem de 4 à 7 femelles. Ce groupement se forme suite à un recrutement, dans lequel le mâle exhibe ses charmes pour conquérir ses partenaires.

Cette espèce est très bien adaptée, puisqu’elle est capable de changer de sexe si nécessaire. Tous les spécimens sont des hermaphrodites protogynes, ce qui signifie qu’ils naissent femelles, mais ont la capacité de devenir mâles. Ainsi, si un harem perd son mâle, une femelle peut le remplacer, devenant ainsi le nouveau maître du groupe.

Selon une étude publiée dans Journal of Ethology, le changement peut être rapide : en seulement 20 jours, environ, une femelle peut devenir un mâle capable de s’accoupler. Il n’est pas nécessaire que le mâle d’origine disparaisse pour que ce changement soit possible.

Ces spécimens sont des machines à produire des poissons, car ils peuvent se reproduire quotidiennement. Ils n’ont pas d’heure précise pour cela.  Les membres du harem sont capables de se reproduire une fois par jour, et de produire entre 100 et 1000 œufs chacun.

Chaque œuf mesure entre 0,65 et 0,75 millimètres, et éclot entre 14 et 16 heures après la fécondation. Les larves qui en émergent mesurent à peine plus d’un millimètre de long, mais au bout de 72 heures, elles deviennent des organismes capables de se nourrir tout seuls.

Le développement de ce type de poisson est très rapide, puisque la larve devient adulte entre 60 et 110 jours.

L’entretien de l’aquarium

Comme la plupart des poissons marins, le poisson-ange nain flamme est très difficiles à entretenir, car il est sensible aux changements de leur environnement. Par conséquent, la meilleure chose à faire est d’avoir des appareils qui mesurent en permanence la qualité de l’eau.

Pour commencer, le réservoir doit être au moins de 300 litres et comporter suffisamment de décoration pour ressembler à son habitat naturel. Il est judicieux de placer des roches et des éléments vivants pouvant servir de refuges où cet animal pourra soulager son stress.

Bien que certains supportent de vivre avec des coraux et des éponges, cela dépend notamment du tempérament de chaque spécimen. Ces éléments ne sont donc pas recommandés.

Les variables de l’eau

Afin de maintenir cet animal en bonne santé, il faut vérifier régulièrement les variables de l’eau. Les variables adéquates pour ce poisson sont les suivantes :

  • Température : 24°C- 28°C.
  • Densité spécifique : 1020-1024.
  • Nitrates : <20 milligrammes/litre.

L’alimentation en captivité

Concernant son alimentation, cette espèce est capable de s’adapter aux produits commerciaux. Cependant, elle mange aussi des algues qui apparaissent à l’intérieur du bac. Par conséquent, un bon éclairage est essentiel pour compléter son alimentation.

Il faut être prudent avec ce dernier point, car seuls les spécimens adultes sont capables de s’adapter. L’alimentation des jeunes spécimens est à base de zooplancton. Ainsi, si vous ne faites pas attention, ils peuvent mourir en quelques jours seulement.

C’est pourquoi, pour préserver leur santé, il faut leur donner des aliments vivants, comme les copépodes. Cependant, cela ne garantit pas leur survie. N’oubliez pas qu’ils sont hors de leur habitat et, qu’en raison du manque d’informations, on ne sait pas comment leur fournir 100 % des nutriments qu’il consomme naturellement.

Le pire ennemi du poisson-ange nain flamme : le stress

Ce poisson, comme beaucoup d’autres, peut souffrir de stress lorsqu’il arrive dans son nouveau foyer. Par conséquent, il est important que vous suiviez toutes les étapes nécessaires pour acclimater le nouveau membre de l’aquarium.

De plus, à ce moment-là, vous devriez déjà avoir tout l’habitat préparé, avec suffisamment de structures dans lesquelles il peut se réfugier, pour qu’il se sente à l’aise. Cela peut vous sembler facile, mais ce processus peut être mortel s’il n’est pas effectué correctement.

Les poissons territoriaux ont tendance à beaucoup souffrir lorsqu’ils sont retirés d’un habitat. Ils ont besoin de temps et d’espace pour s’acclimater au nouvel endroit.

L’importance se concentre sur le fait que le stress est capable d’abaisser les défenses du poisson, et donc de le rendre malade. Pour cette raison, ces animaux ne conviennent pas aux nouveaux maîtres, car le manque de connaissances entraîne généralement une issue fatale.

Un poisson-ange nain flamme sur fond blanc.

Bien qu’il existe des espèces aux formes incroyables et magnifiques, toutes ne conviennent pas en tant qu’animaux de compagnie. Les espèces marines sont particulièrement difficiles à manipuler, car leur environnement doit être parfaitement maîtrisé.

N’oubliez pas qu’en fin de compte, une vie dépend entièrement de vous. Informez-vous avant d’acquérir un animal, afin de prendre la meilleure décision.

Cela pourrait vous intéresser ...
Poissons cartilagineux : habitat, types et caractéristiques
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Poissons cartilagineux : habitat, types et caractéristiques

Les poissons cartilagineux agglomèrent des espèces telles que les requins, les raies et les chimères. Leur histoire évolutive est fascinante.



  • Moyer, J. T., & Zaiser, M. J. (1984). Early sex change: a possible mating strategy ofCentropyge angelfishes (Pisces: Pomacanthidae). Journal of Ethology2(1), 63-67.
  • Moorhead, J. A., & Zeng, C. (2010). Development of captive breeding techniques for marine ornamental fish: a review. Reviews in Fisheries Science18(4), 315-343.
  • Callan, C. K., & Laidley, C. W. (2010). The effects of water source and secondary water treatment on flame angelfish Centropyge loriculus (Günther) reproduction. Aquaculture Research41(10), e537-e544.
  • Laidley, C. W., Callan, C. K., Burnell, A., Liu, K. K., Bradley, C. J., Mira, M. B., & Shields, R. J. (2008). Development of aquaculture technology for the flame angelfish (Centropyge loriculus). Regional Notes: Center for Tropical and Subtropical Aquaculture19(2), 4-7.
  • Callan, C. K., Laidley, C. W., Forster, I. P., Liu, K. M., Kling, L. J., & Place, A. R. (2012). Examination of broodstock diet effects on egg production and egg quality in flame angelfish (Centropyge loriculus). Aquaculture Research43(5), 696-705.
  • Pyle, R., (2001). Pomacanthidae: Angelfishes. p. 3266-3286. In K.E. Carpenter and V.H. Niem (eds.) FAO species identification guide for fishery purposes. The living marine resources of the Western Central Pacific. Volume 5. Bony fishes part 3 (Menidae to Pomacentridae). Rome, FAO.
  • Schultz, J. K., Pyle, R. L., DeMartini, E., & Bowen, B. W. (2007). Genetic connectivity among color morphs and Pacific archipelagos for the flame angelfish, Centropyge loriculus. Marine Biology151(1), 167-175.
  • Bauer Jr, J. A., & Bauer, S. E. (1981). Reproductive biology of pigmy angelfishes of the genus Centropyge (Pomacanthidae). Bulletin of Marine Science31(3), 495-513.
  • Callan, C. K. (2007). Assessment of the flame angelfish (Centropyge loriculus) as a model species in studies on egg and larval quality in marine fishes.