Hyperplasie bénigne de la prostate chez le chien : symptômes et traitement

Si votre chien est âgé, vous devez surveiller tout signe d'hyperplasie bénigne de la prostate. Nous vous expliquons ici comment reconnaître cette condition médicale.
Hyperplasie bénigne de la prostate chez le chien : symptômes et traitement

Dernière mise à jour : 23 octobre, 2021

À un certain âge, certaines conditions liées à l’âge sont presque inévitables. C’est le cas de l’hyperplasie bénigne de la prostate chez le chien. Cette maladie peut passer inaperçue, il est donc important de la garder à l’esprit en cas d’apparition de symptômes.

Nous vous expliquons ici comment repérer la maladie. Le bien-être des chiens âgés dépendent de la capacité de leurs maîtres à identifier le moindre symptôme étrange.

Qu’est-ce que l’hyperplasie bénigne de la prostate chez le chien ?

L’hyperplasie bénigne de la prostate chez le chien consiste en une croissance non tumorale (bénigne) qui provoque l’agrandissement de la prostate. Cette hypertrophie est palpable au toucher rectal, elle est donc incluse dans les examens périodiques de l’animal.

La prostate est une glande sexuelle accessoire qui entoure l’urètre, le tube par lequel l’urine sort du corps. Par conséquent, à mesure que la prostate s’agrandit, elle appuie à la fois sur l’urètre et les organes environnants, provoquant une gêne et des problèmes. Parmi les troubles associés, figurent les kystes et les infections secondaires.

Les principaux troubles affectant la prostate sont l’hyperplasie bénigne, la métaplasie squameuse, la formation de kystes, les abcès, les kystes paraprostatiques et les néoplasmes.

Comme nous l’avons déjà dit, cette hyperplasie bénigne est typique à un certain âge. En effet, 80 % des mâles non stérilisés en souffrent, bien qu’elle puisse être asymptomatique dans la plupart des cas jusqu’aux dernières années de la vie de l’animal.

La prostate d'un chien.

Les causes de l’hyperplasie bénigne de la prostate chez le chien

Bien qu’elles ne soient pas clairement établies, les données suggèrent que l’hyperplasie bénigne de la prostate est due à un déséquilibre entre les androgènes et les œstrogènes. Ces hormones sexuelles sont présentes dans des proportions différentes chez les mâles et les femelles.

On pense qu’une augmentation des œstrogènes peut provoquer une surproduction de dihydrotestostérone (DHT), entraînant ainsi une hyperplasie de la prostate et la création de kystes. Au début, ces excroissances sont petites (de la taille des granites), mais à mesure qu’elles augmentent de diamètre, elles fusionnent pour former la surcroissance générale.

Les symptômes

Lorsque l’hypertrophie de la prostate commence à affecter les structures qui l’entourent, des symptômes spécifiques apparaissent. Les plus courants sont les suivants :

  • Difficulté à déféquer : le chien doit fournir de gros efforts pour parvenir à déféquer. Il doit s’y reprendre à plusieurs reprises.
  • Constipation : un chien est considéré comme constipé lorsqu’il n’a pas déféqué depuis plus de 48 heures.
  • Selles aplaties : elles sont une conséquence de la pression de la prostate sur le rectum qui se déplace vers le haut.
  • Hématurie : il s’agit de la présence de sang dans les urines.
  • Perte de sang non liée à la miction
  • Difficulté à uriner : cette difficulté est due à la pression de la prostate sur l’urètre
  • Boiterie ou gêne lors de la marche au niveau des pattes postérieures : ce sont des symptômes moins fréquents, mais qui peuvent survenir si la prostate exerce une pression sur les nerfs de la région pelvienne.

Le diagnostic

Plusieurs tests sont nécessaires pour établir un diagnostic correct de la maladie. Bien qu’un examen rectal soit généralement le plus courant, tous les examens suivants sont également effectués en clinique :

  • Examen physique complet
  • Prise de sang : analyse sanguine complète et biochimie pour exclure d’autres maladies de la prostate
  • Analyse d’urine
  • Radiographie : cet examen est utile pour visualiser la taille, la forme, le contour et l’emplacement de la prostate hyperplasique.
  • Urétrocystographie rétrograde : il s’agit d’un examen aux rayons X qui consiste à insérer un cathéter à travers l’urètre avant une radiographie. Il est souvent utilisé pour évaluer la partie de l’urètre pouvant être bloquée.
  • Échographie

Si il y a autant d’examens, c’est parce qu’il est important de détecter s’il y a pathologie associée à l’hyperplasie, car les infections et les kystes sont fréquents. Le traitement de l’hyperplasie elle-même est simple.

Le traitement

Puisqu’il s’agit d’une affection causée par un déséquilibre des hormones sexuelles, le traitement idéal est l’orchidectomie ou la castration. Cette procédure fonctionne également comme méthode préventive si le chien a été stérilisé dans sa jeunesse.

La réduction de la taille de la prostate commence quelques jours après l’intervention. La réduction est de 70 % au bout de quelques mois.

Si une pathologie associée est détectée, un traitement accessoire sera initié pour y remédier.

Il existe des cas dans lesquels l’intervention peut être risquée, comme chez les chiens très âgés ou atteints d’une maladie cardiovasculaire. Dans ces cas, on a recours à des thérapies pharmacologiques hormonales, une castration chimique ou des implants sous-cutanés. Cependant, ces traitements sont temporaires et insuffisants à long terme.

L'IRM chez les animaux de compagnie est essentielle pour le diagnostic des maladies.

Bien qu’il soit facile d’offrir une bonne qualité de vie aux chiens qui souffrent de cette pathologie, il est possible de l’éviter facilement grâce à la castration. Cette opération vous sera recommandée dans la plupart des centres vétérinaires, car c’est le meilleur moyen de ne plus avoir à se soucier des affections les plus graves au niveau de l’appareil reproducteur canin.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pourquoi mon chien s’appuie-t-il sur moi ?
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Pourquoi mon chien s’appuie-t-il sur moi ?

Votre chien s'appuie sur vous ? C'est sa façon à lui de vous montrer l'affection qu'il a pour vous ! Apprenez-en plus ici !



  • Peña, S., Chavera, A., Cahua, J., & Perales, R. (2013). Alteraciones prostáticas en caninos determinadas mediante ultrasonografía y citología por aspiración eco-guiada. Revista de Investigaciones Veterinarias del Perú24(2), 207-216.
  • Crisóstomo Ayala, V., Maynar Moliner, M., Sun, F., Usón Gargallo, J., & Sánchez Margallo, F. M. (2009). Estudio ultrasonográfico e histológico de la evolución de un modelo canino de hiperplasia benigna de próstata inducida por hormonas. Actas Urológicas Españolas33(8), 895-901.
  • Liste Burillo, F. (1997). Hallazgos ecográficos en diferentes afecciones de la próstata en el perro: descripción de 8 casos clínicos. Clínica veterinaria de pequeños animales17(2), 0114-128.