Le comportement des baleines

Le comportement des baleines est loin d'avoir été entièrement déchiffré, mais ce que l'on sait aujourd'hui est fascinant.
Le comportement des baleines

Dernière mise à jour : 23 juin, 2021

Ces géants de la mer sont évoqués dans les contes et légendes depuis que les humains sont entrés dans les océans. Il n’est pas surprenant qu’elles fassent partie de l’imaginaire collectif de la société, car le comportement des baleines est si différent et en même temps si intuitif qu’il nous semble mystique.

C’est pourquoi les chercheurs ont passé des années et des années à essayer de déchiffrer l’esprit des cétacés. Vous trouverez ici les découvertes les plus significatives sur leur comportement. Nous vous assurons que vous voudrez en savoir plus après avoir lu cet article.

Les caractéristiques des baleines

Les baleines sont des mammifères marins appartenant à l’ordre des cétacés. Au sein de cet ordre, on retrouve 2 familles : les odontocètes – cétacés à dents, comme les orques et les dauphins – et les mysticètes, un groupe qui se caractérise par la présence de fanons formés de fibres kératiniques.

Les mysticètes sont les animaux que l’on désigne communément « baleines ».

Ces mammifères habitent tous les océans du monde. Ils migrent normalement à la recherche d’eaux chaudes, mais on peut trouver certaines espèces dans des environnements plus froids, comme la baleine boréale (Balaena mysticetus).

Bien que ce soient des mammifères placentaires, les baleines se sont adaptées tout au long de l’évolution afin de pouvoir vivre dans l’eau. Respiration volontaire, sommeil unihémisphérique ou évent sont quelques-unes des stratégies évolutives les plus curieuses développées par ces animaux pour une existence complètement aquatique.

Il existe 4 sous-familles au sein des mysticètes, classées selon leurs caractéristiques. Ce sont les suivantes :

  • Balaenidae : les membres de ce groupe n’ont pas de nageoire dorsale et leur mâchoire est plus arquée que celle des autres espèces.
  • Balaenopteridae ou rorqual commun : leur nageoire dorsale est dans une position plus dorsale que dans les autres groupes. Ces baleines ont des sillons dans la peau, qui traversent leur partie ventrale jusqu’aux nageoires pectorales.
  • Eschrichtiidae : son seul représentant est la baleine grise (Eschrichtius robustus), qui n’a pas de nageoire dorsale et possède 2 sillons sous la bouche qui atteignent les nageoires dorsales.
  • Cetotheriidare : Ce taxon possède également une seule espèce, la baleine pygmée (Caperea marginata). Il est similaire aux membres de la sous-famille des Balaenidae, mais beaucoup plus petit.
Connaissez-vous le comportement des baleines ?

Comment les baleines communiquent-elles ?

Le langage des cétacés est très complexe et varie selon les espèces, les spécimens et même les groupes. Les vocalisations comprennent les ultrasons – également utilisés pour l’écholocation – et les sons audibles, tels que les chants. Ces animaux manquent de cordes vocales et produisent des sons à travers le larynx.

Tout cela se traduit par des faits incroyables. Ils sont, par exemple, capables de changer la fréquence de leurs messages pour qu’ils n’interfèrent pas avec ceux des autres baleines, la transmission orale de connaissances entre groupes de baleines et même l’utilisation de la syntaxe dans leurs messages. On observe même des dialectes différents entre différents groupes d’une même espèce.

Le langage musical des baleines

Les chants des baleines sont particulièrement frappants. Non seulement en raison de leur caractère répétitif et mélodique, mais aussi parce qu’ils peuvent être entendus à des kilomètres de distance.

Normalement, ces vocalisations peuvent être entendues lors des périodes d’accouplement et de migration. Pendant ces périodes, les spécimens s’appellent pour trouver un partenaire ou localiser des individus perdus en cours de route.

Les sons émis par les baleines dans leurs chants varient en fréquence entre 15 et 20 Hertz. Ils peuvent la moduler en fonction de la distance qu’ils veulent couvrir – ils utilisent des fréquences plus basses pour les eaux profondes et des sons plus aigus pour se rapprocher de la surface.

Les chants sont constitués de différentes phrases répétées en continu, bien qu’il ait été observé que les baleines sont capables d’improviser ou de développer des mélodies anciennes en des mélodies plus complexes.

Le comportement des baleines

Les baleines sont des animaux sociaux qui forment des groupes familiaux comptant jusqu’à 12 spécimens. Mais certaines espèces sont solitaires : les spécimens de ces espèces ne se rencontrent que pour se reproduire ou se nourrir. Les groupes sont organisés hiérarchiquement en fonction de la compétence sexuelle des mâles.

Les baleines sont généralement des animaux doux qui n’ont pas de prédateurs dans leur vie adulte, car leur taille les rend inaccessibles aux chasseurs.

Leur intelligence, leur comportement social et leur communication sont des éléments qui interagissent les uns avec les autres. Dans le cas des baleines, l’absence de prédateurs et leur coefficient d’encéphalisation élevé elles ont un cerveau très volumineux par rapport à leur corps – leur ont permis de se développer culturellement et socialement.

Comportement des baleines au sein du groupe social

Les mères créent des liens forts avec leurs petits et sont très protectrices, elles peuvent même adopter des orphelins. Les tantes et les grands-mères aident aux soins des plus petits, transmettant leurs enseignements aux nouvelles mères par la communication orale et l’imitation.

Bien que les mâles et les femelles n’établissent généralement pas de relations au-delà de la reproduction, ils se coordonnent pour protéger et guider le groupe vers des eaux salubres et de la nourriture. Au sein de chaque groupe, des alliances se nouent en fonction des liens affectifs, mais aussi pour monter en puissance.

Comportement pendant la migration

Les changements de température de l’eau et les courants océaniques amènent les baleines à parcourir des milliers de kilomètres à la recherche de sources de nourriture et de couples reproducteurs. Lors de ces migrations, les groupes communiquent entre eux pour indiquer le chemin ou signaler les endroits où il n’y a pas de dangers.

Le cycle de reproduction influence également la prévisibilité des migrations des baleines. Les femelles préfèrent mettre bas dans les eaux chaudes, car les basses températures peuvent être préjudiciables aux jeunes qui n’ont pas encore développé la couche de graisse qui les protège.

La migration la plus longue est celle de la baleine grise (Eschichtius robustus), qui parcourt 20 000 kilomètres le long des côtes nord-américaines.

Comportement en captivité

La captivité a des effets drastiques sur le comportement des baleines. Ce sont des animaux conscients qui se rendent bien compte qu’ils sont en captivité. Ainsi, dans cet état, ils ont tendance à développer des troubles mentaux – anxiété et stress – et de l’apathie, et les hiérarchies sociales se flouttent.

Le comportement reproducteur est également altéré, en partie à cause de leur état mental et à cause de l’impossibilité de migrer. On pense que les baleines ont un besoin biologique de faire ces voyages et qu’elles perdent leur instinct de reproduction lorsqu’elles ne peuvent pas migrer.

La reproduction des baleines.

Le comportement des baleines a été moins étudié que ne le souhaiteraient de nombreux chercheurs, car elles ont tendance à éviter les humains, la source de la plupart de leurs problèmes. Cependant, la technologie avance pour pouvoir les connaître de plus loin chaque jour et nous laisser des traces indéniables de leur belle complexité.

Cela pourrait vous intéresser ...

Baleine 52 herts : la baleine la plus solitaire au monde
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Baleine 52 herts : la baleine la plus solitaire au monde

La baleine 52 hertz est un mystérieux cétacé qui habite l'océan Pacifique. Elle n'a jamais été vue, mais son cri est bien connu.



  • Kieran C. R. Fox et al, The social and cultural roots of whale and dolphin brains, Nature Ecology & Evolution (2017). DOI: 10.1038/s41559-017-0336-y
  • Allen, J., Weinrich, M., Hoppitt, W. y Rendell, L. (2013). El análisis de difusión basado en redes revela la transmisión cultural de la alimentación de la cola de lóbulo en las ballenas jorobadas. Science , 340 (6131), 485-488.
  • Ford, J. K. (1991). Vocal traditions among resident killer whales (Orcinus orca) in coastal waters of British Columbia. Canadian journal of zoology69(6), 1454-1483.
  • Barragán Tabares, L. (2019). Análisis bioacústico del canto de la ballena jorobada Megaptera novaeangliae en el área marina del Parque Nacional Machalilla y la Reserva Canta Gallo entre el 2017 y 2018. Trabajo de titulación previo a la obtención del Título de Licenciado en Ciencias Biológicas y Ambientales. Carrera de Ciencias Biológicas y Ambientales. Quito: UCE. 55 p.
  • Noad, MJ y Cato, DH (2007). Velocidades de nado de ballenas jorobadas cantando y no cantando durante la migración. Ciencias de los mamíferos marinos , 23 (3), 481-495.
  • A. (2021). Libertad vs Cautiverio. AnimaNaturalis. https://www.animanaturalis.org/p/1451/libertad-vs-cautiverio